B_SIDE: un format unique

Le groupe musical biélorussophone B_SIDE est unique du fait qu’il représente dans notre espace les courants de musique électronique comme trip-hop et downtempo. En 2011 le collectif a enregistrétrip hop musique bélarus le premier album “Smooth Season”. Le disque a vu le jour sous le label bulgare DustedWax Kingdom. Il a été bien accueilli par les auditeurs et les critiques et est entré au top-10 des meilleurs releases biélorusses de la première moitié 2011 selon la version du portail musical experty.by. Les fondateurs du groupe, Eduard Kazlou et Nasta Karpouskaya répondent aux questions pour la revue pour adolescents Byarozka.

Qu’est-ce trip-hop?

Nasta: Le trip-hop est un style né au début des années 1990 en Grande-Bretagne, dans la ville de Bristol. Le courant se traduit par les rythmes ralentis, la domination du vocal féminin, l’utilisation simultanée des instruments « en live » et de la musique électronique. D’habitude le trip-hop est revêtu d’humeur sombre, mélancolique, réfléchie.

Eduard: Au trip-hop est aussi propre l’utilisation des sons de vieux vinyles jazz, des extraits de films qui peuvent être samplés. Les premiers qui l’ont fait étaient les musiciens du groupe “Portishead”. Il y avait une certaine Vague de Bristol qui s’occupait de promotion de ce courant, d’où sont apparus plus tard d’autres successeurs – le groupe britannique Morcheeba, le musicien suédois Jay-Jay Johanson. Le trip-hop est devenu populaire non seulement en Grande-Bretagne. Maintenant il se développe en Europe, aux Etats-Unis dans l’activité des djs, des musiciens électroniques. Les groupes qui l’interprètent en live sont rares. Il y a des collectifs (en Bulgarie par exemple) qui jouent en orchestre mais le soir interprètent le hip-hop – pour eux-mêmes car cela leur plaît.

Et downtempo?

Eduard: Si prendre le courant de musique électronique jungle et rendre son rythme 2-3 fois plus lent, nous aurons quelque chose pareille à downtempo. Mais l’idée n’est pas surtout dans la rythmique mais dans l’atmosphère et l’humeur. D’autres courants – house, trans – sont plutôt pour une discothèque, danse, plus positifs. Trip-hop, downtempo – pour réfléchir, et c’est pour une personne mais pas une foule. Comme on dit, blues – c’est quand une bonne personne a du mal, et trip-hop – quand un musicien électronique a du mal.

Vous avez de l’expérience, avez travaillé dans différents styles, sous divers noms, et les participants de l’équipe ont changé. Quel était le chemin vers le projet B_SIDE?

Nasta: La musique de ce type nous a plu depuis longtemps, au début nous avons déjà pensé à faire du trip-hop mais n’étions pas sûrs de réussir à l’époque – le niveau n’était pas suffisant. Dans un moment donné, quand nous avons fait encore du art-rock (dans le projet Rostra), nous avons essayé d’expérimenter mais ce n’était pas compris ni par nous, ni par nos collègues. On n’a pas eu de retour – ce n’était pas le nôtre. Peu à peu nous avons commencé à assimiler quelque chose de nouveau.

Eduard: Ayant travaillé dans la stylistique rock, nous avons remarqué que le vocal profond de Nasta, sa retenue et sériosité ne correspondait pas à l’image d’une héroïne rock. La phylosophie de trip-hop, par contre, était très bien, car elle réuni harmoniquement l’image de l’interprète, la musique et les textes.

Quel est l’effectif du groupe aujourd’hui?

Eduard: Il est le même depuis la période du projet Rostra : Dzmitry Lyashkevitch – claviers, Yaugen Leukavets – guitare basse, Alyaksandr Koltun – percussion, Anastasia Karpouskaya – vocal, et moi – guitare, claviers.

Que signifie le nom du groupe B_SIDE (anglais « autre côté »)?
Smooth Season album trip-hop B_SIDE belarus
Eduard: B_SIDE ce sont des expériences permanentes avec le son et la mise en scène, la création d’une certaine atmosphère. Evidemment, b_side c’est un autre côté du disque vinyle où d’habitude étaient enregistrés les tracks non ordinaires, « pas pour tout le monde».

Certains musiciens préfèrent travailler dans un studio, d’autres s’inspirent du contact avec le public en jouant « en live ».

Et vous?

Eduard: En effet il nous est beaucoup plus simple de travailler au studio. Ce n’est pas que nous n’avons pas le plaisir d’interpréter « en live » – mais l’organisation de concerts pose beaucoup de problèmes surtout techniques. Ce n’est pas dans tout endroit que notre collectif puisse jouer au complet, pour ajuster le son et les instruments, il nous faut une heure au moins. Nous utilisons un équipement spécial.

Quelles sont les difficultés que vous avez rencontrées pendant l’enregistrement du premier album Smooth Season?

Eduard: Le disque a été enregistré durant deux ans. En général c’était fait dans notre propre studio – il y a tout le nécessaire. Le son, selon les critiques de musique, est assez de qualité dont nous sommes fiers. Certaines compositions avaient une trentaine de variations. Nous avons tout le temps cherché l’équilibre sonore. Le son de certains instruments – par exemple des tambours – a été refait plusieurs fois.
Nasta: Un autre soucis – les chansons déjà faites, ont attendu leur temps pendant deux ans. En les révisant, nous trouvaient toujours quelque chose à changer. Le processus de perfection est infini.

Eduard: Le résultat final (les compositions enregistrées) nous plaît à 90 pour cent. C’était bien le son que nous voudrions montrer aux auditeurs. Certains critiques ont remarqué que trip-hop est un courant électronique tandis que notre album est plutôt « live ». Notre but était de montrer que cette musique se fait « en live », qu’elle est actuelle et peut être interpréter sur la scène par les gens réels et pas par les ordinateurs.

N’avez-vous pas eu l’idée séductrice d’entrer au format de radio, plus populaire ?

Nasta: Nous pouvons être à l’antenne seulement après 23 ou 24h du soir.

Eduard: La situation est très curieuse avec le format de radio. Ainsi, j’aurais fait deux-trois tracks pour la radio, trip-hop mais plus légers et populaires. Mais si je les apporte à notre joueur de tambour, il dira « Soit cela, soit moi ». Comme il est mon ami et je le connais pendant toute une vie, je choisis en son faveur d’habitude (Rit). Si sérieusement, pour nous avant tout c’est le processus musical et le produit final qui importent, non une chasse aux auditeurs. Nous essayons de travailler de manière qu’il n’y ait pas de honte devant nous-mêmes. Cela plaît au monde, et c’est bien. On peut dire, nous n’avons pas même attendu cet intérêt au Bélarus.

Vous méritez dépasser les frontières du Bélarus.

Eduard: Nous espérons collaborer avec les collègues occidentaux, les Américains par exemple, via les collections, la télé, les projets communs – pour le moment à distance.

Est-ce que cela vous plaît d’être pionniers de trip-hop dans notre pays ? Avez-vous pensé à lancer tout un mouvement, attirer les débutants pour cette musique ?

Nasta: Cela fait du plaisir d’être les seuls et uniques, d’un côté. D’autre côté – il y a des courants musicaux alternatifs qu’il faut mieux promouvoir avec d’autres musiciens.

Eduard: Nous n’avons pas eu de précédents. Nous nous adressons aux jeunes musiciens : adoptez le trip-hop, c’est très intéressant et prometteur, c’est une musique pour les créateurs qui réfléchissent. Mais il faut prendre en considération que les investissements techniques et financiers sont beaucoup plus sérieux là que par exemple, dans la rock-musique.

Vos vœux à vos collègues plus jeunes?

Nasta: Aspirer aux nouvelles choses.

Eduard: L’essentiel c’est l’orientation vers un but précis. Et encore – si la musique sonne dans l’âme, il n’est pas important quel est le style – rock, métal ou trip-hop – il faut la faire ! Quand la musique se crée comme produit commercial – il ne faut abandonner car il y aura des gens qui ont plus d’argent et pourront faire mieux que vous.

Vika Trenas
Site web (aussi en anglais): http://www.b-side.by/

Ecoutez leur album gratuitement: http://season.b-side.by/

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s