Ville de nuit

Ville de nuit
C’est la lumière de réverbères qui me réchauffe.
La nuit de ville qui joue dans ses coulisses.
Une myriade de souffles
Grise l’air, tombe en cascade.
Les ponts en réflexion, les parcs en silence.
Elle tend les mains ouvertes, ville de rêve.
Les yeux fermés, on va de loin vers soi
Pour embrasser le bon hasard.
La ville se tait, elle ne va pas mentir.
C’est le moment de faire des dons.
On ne demande pas pardon, on s’excuse.
Les rues – les lèvres délicates—
On lit. On vit.
Tiens—le miracle bouge,
Réveillé
Sous la lumière de réverbères.
©Yuliya Novik, Minsk, Biélorussie

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s