Must act ! La jeunesse contre le quotidien urbain

Du 25 au 30 juillet dans le Musée d’art contemporain à Minsk, Bélarus, est ouvert le Non Festival des initiatives urbaines Must act ! Les organisateurs et les experts étrangers de la Russie, Ukraine, Lituanie, France, des Etats-Unis et autres pays vont présenter leurs idées de réorganisation de l’espace urbain pour le rendre confortable, comment communiquer avec les autorités locales pour faire les projets avancer, et qu’est-ce que le partisaning et le hacktivisme urbain.

Must act ! festival des initiatives urbaines à Minsk

Un des organisateurs du Non Festival Aleh Larytchau remarque que dans le cadre de la communication informelle de jeunesse seront présentées les pratiques biélorusses et étrangères visées à créer un milieu humain et amical. Notre but est d’inspirer les gens, leur montrer que la ville leur appartient, qu’ils peuvent l’améliorer toujours. 

Must act ! festival des initiatives urbaines à Minsk

A Navina.by Aleh raconte pourquoi les organisateurs ont nommé cet événement Non Festival:

Tout est commencé quand nous avons conclu avec le représentant de partisaning  qu’il y n’y avait chez nous aucun vrai festival d’art urbain. Sous la forme de street art les participants ont pris des plaques de bois, les ont peintes et reprises avec eux. Ce sont plutôt les travaux de peinture sans savoir si c’est utile. 

Must act ! festival des initiatives urbaines à Minsk

Aucun festival où nous pourrions discuter quoi et avec quel but serait nécessaire pour la ville et ses habitants, quel activisme serait utile pour la ville. En plus les festivals d’habitude représentent un amusement limité par le temps. Nous n’avons pas voulu nous amuser. Notre Non Festival n’est pas limité par le temps ni par l’espace: on ne sait jamais où l’intervention arrive.

Les autorités locales sont partantes pour les changements!

Le gérant de la plateforme web Talaka.by Yauhen Klishevitch a promis de raconter comment le Bélarus pouvait dépasser Singapour.

Talaka est un travail volontaire en commun. Nous allons agir dans l’ordre suivant: réclamations, problèmes, idées, projets. Sur cela seront basées nos actions qui vont nous guider vers les résultats. 

Must act ! festival des initiatives urbaines à Minsk

Le Non Festival est un lieu où peuvent se réunir les gens intéressés par rendre leur ville meilleure. Nous espérons fortement trouver la compréhension des autorités de la ville, et les citadins n’auront pas de problèmes lors de la réalisation de leurs projets visés à améliorer le milieu urbain.

Yauhen Klishevitch estime que l’administration de la ville compte plusieurs intéressés par les changements. Le problème n’est pas dans les gens mais dans les mécanismes de la prise des décisions. Nous avons des contacts avec les représentants de l’administration. Le 26 juillet aura lieu la table ronde avec leur assistance. J’espère nous allons décider comment agir sans contrainte. 

Must act ! festival des initiatives urbaines à Minsk

Quand la conversation a tourné autour du fait que plusieurs initiatives urbaines finissent sans être réalisées, Yauhen a expliqué que cela arrivait car souvent les gens ne se connaissent pas. Ils ont la même idée mais ne savent pas où trouver des « complices ». Talaka réunit les gens. Parfois les jeunes citadins n’ont pas d’idée claire quel est le sens de leur projet. Et souvent la réussite d’une idée intéressante est gênée par le manque de connaissances, d’expériences comment organiser les gens et réaliser les projets. 

Must act ! festival des initiatives urbaines à Minsk

Le partisaning est un art qui adapte le milieu urbain aux gens.

Parmi les évènemnets du premier jour du Non Festival le plus d’intérêt a été éveillé par le cours du Moskovite Anton Polsky (Make) Le partisaning se met à la traverse de la routine urbaine.

Le projet a été lancé il y a un an et demie où à Moscou les premières actions eu lieu qui ont permis aux citadins de gagner l’espace urbain auprès des corporations qui auraient dû améliorer la ville mais ne l’ont pas fait. 

C’est un art amateur visé à adapter le milieu urbain aux gens, le rendre plus confortable. Cela comprend le street art et le clonage urbain. Les adeptes du partisaning font de manière non officielle ce que les autorités locales n’ont pas pu faire.  

Must act ! festival des initiatives urbaines à Minsk

Anton a donné les exemples d’un partisaning réussi – les signes de routes alternatifs dessinés sur l’asphalte à l’aide des patrons, ou situés au-dessous des signes de routes officiels notamment le passage pour piétons indiqué là où les gens sont obligés de courir pour traverser la route car c’était une voie commode. Quelques temps après les représentants des services de vile ont mis le passage « zèbre » officiel au-dessus des signes de partisaning.

En parlant de l’espace de Minsk Antont a noté: Quand je viens ici, je vois l’intégralité de l’image de Minsk. Cela se reflète sur la multifacette de votre vie. Ainsi, vous avez beaucoup moins de publicité de rue qu’à Moscou, il y a un fort esprit du passé soviétique. 

Le partisaning est un art socialement orienté – continue Make. Nous avons eu l’expérience d’avoir transféré nos oeuvres dans l’espace des galeries d’art, mais, retiré du contexte cet art perd son actualité. Le contexte de la ville se perd là où l’homme regarde l’oeuvre par exemple, dans l’état bourré. 

Le partisaning n’est pas un pur art de rue. L’art de rue (street art) montre l’attitude de l’artiste envers la réalité sans la changer. Moi j’aimerais avoir une interaction plus active avec la ville. Il a fallu montrer son attitude envers les processus mais interagir avec le milieu urbain, l’influer.

Must act ! festival des initiatives urbaines à Minsk

A la question comment les autorités de la ville perçoivent l’activité de partisaning, Anton répond: On peut être radical et renoncer au dialogue avec l’administration. Mais on peut aussi collaborer de manière efficace car il y a beaucoup de choses qui nous réunissent. 

Les organisateurs du premier Non Festival promettent plein des rencontres intéressantes et utiles, ateliers et cours – le programme du festival se trouve dans le document Google Drive ici.

Source de l’article original http://naviny.by/rubrics/society/2013/07/26/ic_articles_116_182471/, auteur de l’article en biélorusse et des photos – Asia Paplauskaja

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s