Interview avec Matthias Harder, curateur du projet BY Now

Le livre et la série des expositions BY Now initiée par le photographie Andrei Liankevich, représente la tranche de la jeune photographie du Bélarus. Il y a 16 auteurs (jusqu’à 35 ans) dans ce livre, qui appartiennent à la nouvelle génération des photographes et artistes. Le livre comprend les projets photo utilisant les formes et méthodes diverses de la photographie contemporaine (photographie digitale et analogue, polaroid, collage, appropriation, glitch) et le texte du curateur mondialement connu Matthias Harder résumant le projet.

 
 

                                                                                       photo Kai von Rabenau

Quels ont été les critères pour sélectionner les projets pour ce livre? Est-ce que la partie conceptuelle des projets d’art a été autant importante que visuelle? 
J’ai sélectionné les photos avec mon ami, photographe et professeur de photographie à Hildesheim, Allemagne, Hans Pieler qui avait 14 ans de plus que moi. Nous avons représenté deux générations avec les visions différentes sur la photographie. Dans le cas où les sujets et la quantité formelle des oeuvres plaisait à nous deux, nous étudions profondément les conceptions des photographes. Le fait d’aimer le premier comme le deuxième a été décisif pour inclure le projet dans le livre.
Comment s’est passée l’étude de curateur? Quels matériaux et ressources ont été utilisées par vous? 
En Allemagne il n’y a presque pas de matériaux sur la photographie contemporaine du Bélarus mis à part le fin catalogue de l’Institut IFA édité mi-90 à Berlin. Il nous était dur de nous préparer bien avant notre arrivée. Mais jusqu’à ce moment nous avons beaucoup voyagé et étudié la photographie contemporaine dans les pays baltes, en Ukraine et en Russie. Alors nous nous sommes sentis capables d’accomplir l’enjeu posé.
Le livre BY Now est un des premiers grands projets sur la jeune génération des photographes biélorusses. Comment vous voyez votre rôle dans ce projet en tant que curateur « externe » ? Est-ce qu’un projet pareil nécessite la présence du curateur (co-curateur) biélorusse?
Andrei Liankevich m’a invité à participer à ce projet quand il était en stage dans mon institution à Berlin. Andrei m’a parlé de son pays. Je ne suis point expert dans la photographie biélorusse. Mais il est souvent intéressant et efficace pour le milieu artistique local d’avoir une vision de côté, celle du curateur « externe ». J’ai été un des fondateurs du festival de la photographie de Berlin il y a quelques années, et nous avons consciemment invité le curateur « externe » pour ce projet (il venait de la Suède). Andrei nous a aidés pour beaucoup. Bien sûr le curateur biélorusse, même un tout autre curateur aurait fait une autre sélection des projets. Mais c’est un problème plus large qui est aussi présente à toutes les biennales, Dokumente et autres grandes expositions dans tous les musées d’art du monde.
Le projet, a-t-il réussi assez, à votre avis, pour ne pas produire la logique d' »exotisation » d’un Autrui, d’une autre culture non-européenne (ou au moins, peu visible ou peu représentée en Europe) ? Avez-vous y pensé en travaillant sur le projet? 
Comme nous n’avons disposé ni de beaucoup de temps, ni de budget pour une large étude du milieu artistique biélorusse, nous avons sélectionné les projets parmi les pré-sélectionnés par les organisateurs, et le projet couvre seulement la jeune génération des photographes biélorusses. J’espère que nous avons évité la production de cette logique.
Comment la conception de la photographie nationale peut être actualisée dans l’art et la photographie contemporaine? Comment ce livre travail-t-il avec cette conception? 
La conception des expositions de la photographie nationale est actuellement démodée. Les scènes artistiques locales ont supplanté la valeur des scènes ou écoles nationales. Mais comme le Bélarus est un espace fermé particulier (pareil à La République démocratique allemande des années 80°, il est très intéressant de regarder la scène biélorusse de l’art et de la photographie contemporaine. Le livre deviendrait une sorte de témoin sur le moment présent.
Quelle place de la photographie biélorusse à avoir pris ou pouvoir prendre dans le contexte photographique européen? 
A vrai dire, ce sont d’autres pays et scènes artistiques locales qui ont joué dans le passé un grand rôle dans le développement de la photographie contemporaine. Mais les artistes contemporains ont toujours des opportunités sur le marché d’art global. J’ai rencontré Adrian Paci et Anri Sala à Tirana, en Albanie il y a plusieurs années comme les étudiants d’Edi Hila. A l’époque ils n’étaient pas les artistes connus, mais maintenant on peut les appeler « stars ». Dans l’art contemporain c’est plutôt l’auteur qui importe, que l’école ou le groupe.
Pourrait la photographie biélorusse être intéressante pour la scène internationale de l’art et de la photographie contemporaine? Dans quelles directions, à votre avis, devraient avancer les jeunes photographes pour attendre ce but?
Je pense que oui, elle peut. Cela va être évident sur l’exemple du livre et des expositions qui vont se tenir en Europe. Il est difficile de prévoir la réaction de l’art contemporain sur n’importe quel événement et les nouveaux auteurs. A mon avis, ni photographie ni peintre ne devrait faire quelque chose spécialement pour le marché ou que pour les autres. Il ou elle doit rester authentique. Et, enfin, pour devenir célèbre il faut du talent et des efforts mais aussi de la veine.Intervieweur: Alexei Borisenok 

Source de l’article en russe: http://ehuphotoblog.blogspot.com/2013/08/by-now.html

Le livre est en anglais et allemand, vous pouvez le commander sur internet

http://www.artbooksheidelberg.com/html/detail/en/by-now-978-3-86828-409-6.html

Publicités

2 commentaires Ajoutez le vôtre

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s