Comment un IT start-up biélorusso-lituanien risque de changer le développement web ?

Développé par deux Biélorusses et un Lituanien, le service TrackDuck permet de changer le processus de la communication du développeur avec le client. L’idée déjà réalisée sous forme d’une application avec 3 mille clients, a été hautement appréciée par l’éditionTechCrunch. Le portail IT.TUT.BY a interrogé les développeurs de TrackDuck sur leur idée qui semble unique.

IT start up trackduck dans le développement de web sites

équipe de développeurs du start up IT Track Duck
Equipe de TrackDuck

TrackDuck, un start-up est un outil de communication du développeur (programmeur, web-designer, manager … ) avec le client, ou des développeurs du site entre eux en équipe, et même des développeurs avec l’investisseur. TrackDuck a été développé par le Lituanien Edmundas Balcikonis et deux Biélorusses Anton Shevchenko et Yauhen Ivashkevich.

Ce projet a été sélectionné au hackathon de Minsk Garage48 comme la meilleure application pour le business,  apprécié à l’étape de séléction pour l’accélérateur start-up Startup Sauna à Helsinki, et récemment aussi au concours TechChill Baltics organisé à l’époque par l’édition IT connue TechCrunch. L’équipe biélorusso-lituanienne a remporté la victoire dans tous ces projets.

TrackDuck permet de visualiser les souhaits du client dans le développement – si le client veut, par exemple, rendre la police plus visible, ou corriger une partie du site qui ne fonctionne pas correctement sous un  certain navigateur, il peut l’annoncer via un plugin pour le navigateur, sans quitter le site même.
Le plugin TrackDuck permet d’indiquer l’erreur et la communter, crée automatiquement la copie d’écran et enregistre l’information technique concernant le navigateur, l’extension d’écran, la version du système opérationnel etc. alors le contexte du bug. Le développeur reçoit toute l’information sur email ou directement dans le messenger intégré dans TrackDuck.

IT start up biélorusso-lituanien et ses auteurs
Edmundas Balchikonis
« Nous n’avons pas fait un simple bugtracker mais un outil universel de feedback, retour. On n’a plus besoin de décrire le bug par Skype, faire la copie d’écran et envoyer l’information techniqu », raconte à IT.TUT.BY le cofondateur de TrackDuck Edmundas Balcikonis. « L’objectif est de couvrir tous les possibles besoin de la communication, automatiser et simplifier le processus au maximum ».

Actuellement les auteurs de TrackDuck visent à travailler avec les freelancers, les petits et moyens groupes de développeurs. Selon Balcikonis, l’équipe négocie avec de grandes sociétés et analyse leurs besoins spécifiques.

« Probablement, des sociétés d’envergure de Facebook vont utiliser TrackDuck. Mais les grandes sociétés ont un long cycle de dévéloppement, elles ne peuvent pas intégrer une innovation rapidement »,  explique Balcikonis.
Des petites sociétés et start-ups ont déjà essayé le pprojet- actuellement TrackDuck compte plus de 3 000 clients dans 79 pays du monde.
TrackDuck outil de check et retour de bugs dans le développement webTrackDuck outil de check et retour de bugs dans le développement webTrackDuck outil de check et retour de bugs dans le développement web
Edmundas a rencontré Anton et Yauhen à Minsk au hackaton Garage48 où les Biélorusses sont venus avec leurs idées développées sur TrackDuck, qui avait à ce moment une autre inferface et nom. Edmundas ne comptait pas sur un grand succès: « J’étais intéressé à essayer de participer à réaliser la tâche au hackaton, développer l’idée d’Anton », explique-t-il.
Bientôt après le hackaton TrackDuck a été mis à la séléction à l’accélérateur de start-up Startup Sauna où il a aussi rempporté la victoire: « Deux victoires et trois bières – et nous avons décidé de travailler sérieuselement avec le projet ». La première version pleinement fonctionnelle de l’outil a apparu après trois mois de développement.
Aujourd’hui trois Biélorusses et trois Lituaniens travaillent sur TrackDuck. « D’ailleurs, récemment une fille est vne venue de Singapour pour faire un stage chez nous. Si vous avez de bons développeurs, qu’ils nous contactent », propose Balcikonis.
Source originale de l’article en russe: http://it.tut.by/388008 (Alexander Arsionov, 24 février 2014)
Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s