Un projet vidéo allemand et une exposition basée sur la photographie ouvrent le 22 avril

Le 22 avril 2014 à 16h 00 la galerie ARTPLAZ en collaboration avec le Centre des arts contemporains de Minsk et l’association d’art allemande RAUMORDNUNG le projet vidéo « S’en aller à l’anglaise » de l’artiste allemand Manuel Schröder ainsi que le projet d’art « B9 » de l’artiste biélorusse Alla Sklifasofskaya-Nekhaichik qui se tiendra à l’adresse rue Nekrasova, 3, Minsk. Cette exposition fait partie du projet biélorusse d’art contemporain « Avant-gARTe. D’un carré à un objet » organisé par la ville dans le cadre des évènements culturels rapportés au Championnat du monde de hockey 2014.

22 avril 2014 16h projet vidéo au Centre d'art contemporain à Minsk

Le peintre Manuel Schröder (1962, Berlin, Allemagne) réunit une expérience artistique variée. Début en tant que musicien, compositeur, leader des improvisations de jazz et musique électronique, formation dans le domaine d’imprimerie photo et graphique, design, et ensuite – peinture académique.

Aujourd’hui Manuel Schröder se positionne comme photographe et artiste des arts multimédia et visuels. Basées sur le processus de photographier, ses oeuvres sont faciles à comprendre comme l’est la photographie même, comme les films ou l’art vidéo, comme le décollage et les toiles, l’art de projection dans des lieux publics, c’est-à-dire la culture environnementale. L’architecture urbaine et la vie quotidienne se transforment dans son art en aspects humanitaires et notions d’art. Il oeuvre activement en Allemagne, en Europe et aux Etats-Unis. La forme du travail – des expositiosn, forums d’art, interventions sociales, symposiums et cycles de cours.

A Minsk Manuel Schröder présente le projet vidéo « S’en aller à l’anglaise » (les Britanniques disent « prendre les vacances françaises »). Ce calembour linguistique signifie s’en aller sans dire adieu, sans être remarqué, on dirait se dissoudre, disparaître. Pour Manuel Schröder cette locution idiomatique décrit la disparition et le déclin des images et souvenirs, paroles et situations de vie, présente dans le système de la communication humaine, dans notre histoire et autoidentification. Nous ne pouvons imaginer le monde contemporain sans publicité, sans média, sans TV et cinéma. Mais est-ce que nous saisissons toujours le sens exact des images qui nous entourent ?

projet vidéo par Manuel Shroeder à Minsk

Le projet de Manuel Schröder pose la question: « Qu’est-ce une image ? » Ou « Qu’est-ce une toile, une image, un sens ? .. Qu’est-ce la vérité, enfin.

Le jour même, 22 avril, Manuel Schröder anime le cours-seminaire au sujet de la « photographie sociale » à l’Université biélorusse d’Etat (rue Mayakovskogo, 96, début 13h 00).

L’artiste Alla Sklifasofskaya-Nekhaichik n’expose pas souvent à Minsk. On peut suivre quand même son oeuvre via les chroniques de la galerie « Orientale » de Moscou, son prénom se retrouve parmi les participants du concours russe prestigieux pour le Prix Candinsky (4ième place parmi les meilleurs projets 2010), son ouvrage est présenté sur le site américain « ART-3000 » et dans les collections privées turques.

Le langage d’art d’Alla Sklifasofskaya-Nekhaichik comprend l’expérience d’art réaliste, d’avant-garde historique, d’innovation contemporaine. L’élève de Mikhail Savistky, elle utilise activement les pratiques de Malevitch, Warhol, Сhristo et Georges. Mais tout de même c’est la photographie qui se trouve à la base du travail sur l’image.  

projet d'art B9 par Alla Sklifosofskaya-Nekhaichik

«В9» est un carré sur la carte géographique. Avec son aide on peut retrouver la rue Novovilenskaya à Minsk. Sur la carte de Rome c’est un monument historique, sur la carte de Vitebsk –  l’affluent du fleuve Dvina. Sur toutes les cartes du monde – Ukraine, Russie, France, Norvège – il y a le carré pareil. 

«В9» est un système de recherche qui nous semble une partie naturelle de notre vie quotidienne. Hélas, nous y avons recours aux moments les plus tragiques. «В9» est un lieu où l’avion est tombé et le volcan « s’est activé », où le navire est en détresse et où une expédition perdue attend le secours. « Divisons la ville en carrés », appelait le personnage d’une fameuse comédie de cinéma ayant oublié et en ignorant le fait que la ville avait été divisée en carrés – en quartiers – par les Grecs à l’époque antique. Et ensuite nous avons divisé le monde en radius et méridiens pour mieux nous y orienter. Cela aide à le comprendre et l’approcher. Une sorte d’approcher l’image via un « réseau » peint par-dessus, le moyen découvert aussi à l’antiquité. 

Alors «В9» est un regard sur le monde par-dessus. On dirait, de cette position il semble plus précis, plus certain. Les soucis qui sous semblent occasionnels, s’avèrent une série des coïncidences et régularités. Voilà pourquoi il y a dans le projet l’image du ciel et de la terre, du vol et de la statique, de l’éternité et du départ. 

L’exposition est ouverte jusqu’au 10 juin 2014.

Adresse: rue Nekrasova, 3, Minsk

Centre des arts contemporains

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s