L’écrivain Michel Louyot en visite à Minsk

Quatre rencontres à Minsk – quatre auditoires différents, quatre sujets, et une dizaine d’opportunités de découverte et d’échange pendant les promenades franco-biélorusses à Minsk. Voici le mini-programme du séjour de l’écrivain lorrain Michel Louyot, qui est en effet une personnalité cosmopolite avec un grand amour envers l’Est. Son sens de l’humour, son goût pour les langues étrangères, son vif intérêt envers l’histoire et le « réalisme magique », mais surtout sa longue expérience de l’étranger, de l’Est européen à l’Orient extrême ont enrichi sa vision du monde.

écrivain Michel Louyot

Une vision marquée par la pensée de “l’entre-deux” et fondée sur l’Histoire de sa région d’abord, tiraillée entre France et Allemagne mais aussi sur celle de tous les pays qu’il a fréquentés et dans lesquels il a retrouvé un déchirement comparable. Une expérience cruciale née également de la séparation de ses parents. Cette pensée de l’entre-deux s’est nourrie au contact du Maître lorrain Georges de la Tour , le peintre du clair-obscur, mais aussi des mystiques rhénans, comme Maître Eckhardt, du hassidisme, du soufisme et des sages taoïstes . Sa façon de sentir, il l’exprime dans deux courts textes qu’il considère comme fondateurs, J’écris de l’Est et Une Lorraine intérieure. Car la meilleure manière qu’il ait trouvée de sublimer la souffrance, c’est l’écriture. Et ce, après et comme beaucoup d’autres. Une écriture tantôt légère et lyrique, comme dans le court roman Lorraine, délicate et subtile dans La Main aux algues, hiératique dans La lettre de Corée, discordante dans Nuit de Meuse, un roman qu’il consacre à ses parents. Dans Le violon de neige, Michel Louyot, s’identifiant au condamné, donne une interprétation personnelle du monologue qu’il transforme en dialogue intérieur. Mais après avoir écrit ce livre sans doute éprouvait-il le besoin de se laisser aller à son inclination pour l’humour qui est sans doute le meilleur moyen de dépasser la contradiction. Dans Mémoires d’un chapeau le narrateur est le chapeau d’un ancien Président de la République. Un texte dans lequel Louyot s’inscrit dans la tradition de Gogol. Le singe de Goethe est dans la même veine puisque l’écrivain tente d’inviter chez lui Wolfgang von Goethe dont la statue trône sur la place de l’Université à Strasbourg en face de chez lui. L’ange de Bucovine, pour lequel Michel Louyot a reçu le Prix européen Grenzen Fliessen joue sur plusieurs niveaux temporels. Comme Jacob combat l’Ange, l’écrivain poursuit une lutte incertaine avec le temps. C’est le cas dans Le mouton à la porte rouge dédié à son grand-oncle peintre devenu Allemand après l’Annexion de la Lorraine en 1871 puis redevenu Français en 1919. Lui aussi pris “entre” deux feux.  Le dernier texte de l’auteur, sans doute le plus bouleversant, est un livre écrit à quatre mains, avec son fils qu’il a perdu en 2012,  un livre dans lequel l’écrivain cherche au fil des lignes à rétablir la relation avec son fils sur un autre plan.  Il faut lire Le chat de Mara.

 Voici le programme des rencontres avec Michel Louyot à Minsk:

12 octobre, dimanche, à 14h 00, Bibliothèque Pouchkine (rue Guikalo, 4, métro Y.Kolasa), salle de littérature étrangère – rencontre informelle dans le cadre des réunions de l’école de langues « Bonjour ». On discutera en une ambiance informelle et amicale les oeuvres de l’écrivain et pas seulement ça. Pour le niveau de français différent (interprétariat assuré sur mesure).

Important: pour cette rencontre il vaut mieux avoir un billet de lecteur de bibliothèque (ou le prolonger, il est valide durant 3 ans). C’est assez facile: venez un peu d’avance, dans le hall à droite il y a une salle d’enregistrement. Il faut avoir le passeport, une photo de vous 3×4 et 2000 roubles biélorusses. On vous demanderait quelques informations sur vous, et c’est faait ! Sinon, vous pouvez remplir le formulaire d’avance en ligne – http://pushlib.org.by/node/794#overlay-context=.

14 octobre, mardi, à 11h 30, Médiathèque française à la Bibliothèque Pouchkine (rue Guikalo, 4) – rencontre avec les étudiants et professeurs mais aussi pour tous les intéressés, autour du sujet de présentation « Les relations franco-allemandes à travers ma famille ». D’autres questions et sujets à évoquer. La rencontre se tiendra en français, le billet de lecteur de bibliothèque n’est pas nécessaire.

rencontre avec Michel Louyot à la Médiathèque française

15 octobre, mercredi, à 18h, librairie « Knizny salon » (Salon de livre) (Kalinina, 5, métro P.Cheliuskintsev) – discussion culture, littérature, art, marché du livre et personnalité d’écrivain. Les langues de la rencontre – biélorusse, russe, français avec l’interpêtariat sur mesure.

16 octobre, jeudi, à 18h 30, musée M.Bogdanovich, rencontre informelle avec les membres de la communauté « Litaraturnae pradmestse » (Faubourg littéraire), discussion libre en biélorusse.

Les oeuvres en version numériques:

  • Lorraine (roman, nommé en 1988 par le jury du Prix Goncourt), éditions Bernard Grasset, Paris, 1988, 180 p.

Bonnes rencontres ! Venez nombreux !

Publicités

Un commentaire Ajoutez le vôtre

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s