#MeAndMinsk, Loïc R.: « La qualité de vie ici est supérieure qu’à Paris »

Avec cet article le blog InterviewsCulture.wordpress.com vous présente une série d’interviews avec les francophones qui passent un temps quelconque à Minsk et au Bélarus, d’un jour à quelques mois. Il s’agirait aussi d’interviewer des Biélorusses francophones pour couvrir ce phénomène de la communauté francophone biélorusse et donner plus d’idées aux futurs visiteurs.

Alors découvrez l’interview avec Loïc R. qu’on connaît bien avant tout à l’Université linguistique. Il a eu l’aimabilité de fournir également quelques photos prises au Bélarus.

– Peux-tu te présenter s’il te plaît ? Quelle est ton impression du pays et des gens ? A-t-elle changé par rapport à ton arrivée il y a quelques mois au Bélarus ?

– Je suis Loïc, professeur de français à l’Université d’Etat linguistique de Minsk. Je suis arrivé en septembre 2014 donc cela fait huit mois que je suis à Minsk. Mes impressions de Minsk et des autres villes que j’ai pu voir au Bélarus comme Gomel, Brest, Novopolotsk ou même Borisov, si je pouvais résumer, c’est un pays où il y a un état-nation qui fonctionne. Tout est propre, beaucoup plus qu’à Paris. J’ai l’impression que des services publics fonctionnent pleinement dans toutes les villes c’est-à-dire je connais pas une seule ville en abandon, j’ai vu que les trains fonctionnaient, il y a des bus, tramways, métro – tout en bon état. J’ai pas eu l’impression d’avoir vu des quartiers complètement abandonnés, même si c’est précaire, pas tout neuf, cela fonctionne. En hiver quand j’ai bougé, les gares étaient chauffées, tous les établissements où je suis allé, aussi, à l’université aussi. Enfin, un pays qui fonctionne.

Minsk photo par Loic

– Mais il y a des côtés qui ne sont pas si beaux ? Qu’est-ce qui te manque, qu’est-ce qui ne va pas ?

– Alors le côté négatif, je dirais vous avez beaucoup de paperasse et burocratie administrative. Comme en France mais peut être ici un peu plus. Ensuite au niveau peut être culturel c’est très calme mais d’un autre côté cela manque de joie de vivre. On sent que ce n’est pas l’Amérique Latine, cela chante pas dans les bus…

– Mais c’est un autre climat quand même.

-C’est vrai que le climat doit jouer dessus.

-Et toi, tu as bien supporté l’hiver ?

– Oui, oui. Mais je sais qu’exceptionnellement cet hiver n’était pas très froid. Je n’ai pas eu de problèmes avec le climant étant donné que partout c’est chauffé et qu’ensuite une fois que t’es couvert, cela tient. Il y a un manque de soleil mais pas plus qu’à Paris. On est quasiment au même niveau des jours couverts et ensoleillés. Ici cela se supporte mieux dans le sens qu’il y a moins de stress. C’est pas stressant, pas agressif, c’est calme.

photo Bélarus par Loic

– Et les contacts avec des gens, comment tu fais dans les rues, dans les magasins ?

-Maintenant quand j’ai appris certaines bases du russe élémentaire je peux me débrouiller. Même si au début on dirait que les gens ne sont pas très contents car c’est rare de trouver quelqu’un qui sourit, j’ai remarqué qu’en fait, ils t’aident, c’est-à-dire on dirait qu’ils te font la gueule, mais ils t’aident. Au magasin les vendeuses prennent les billets elles-mêmes – ceux qui correspondent au prix. Ou alors les gens t’indiquent vraiment le chemin, ils prennent le temps d’expliquer avec des gestes. S’ils voient que je ne comprends pas, ils ne s’en vont pas, ils continuent avec moi, avec le peu de russe ou d’anglais qu’ils peuvent. Les contacts sont agréables. Le premier abord a l’air d’être un peu froid mais finalement…

– A quoi les visiteurs doivent se préparer, il faut apprendre un peu de russe ?

– Oui, il vaut mieux avoir une base de russe, déjà car cela fait plaisir aux gens de parler la langue du pays. Ensuite c’est vrai que peu de gens que je croisais maîtrisaient l’anglais à part le secteur touristique comme les hôtels ou autre. Puis il faut se préparer à gérer les prix car pour un Européen ou un Français surtout il faut essayer tout de suite de concevoir à quoi cela équivaut, mille ou dix mille ou cent mille roubles biélorusses. Gérer aussi tous les billets qu’on va avoir en plus, tous les billets de monnaie – cinquante et cent roubles.

– Mais on n’a pas de monnaie de métal lourde comme des pièces européennes.

– C’est vrai. Mais ici on joue au Monopolie car on a plein de billets qui servent à rien, par exemple quarante billets de cinquante roubles…

– Il faut savoir s’en débarrasser, et au magasin on demande souvent ces petits billets pour rendre la monnaie en billets plus grands.

– C’est vrai, c’est comme une espèce de jeu, gagne celui qui donnera les sommes les plus petites et les plus exactes.

– Qu’est-ce qu’il faut faire obligatoirement et qu’est-ce qu’il faut éviter si on vient ici ?

-J’aime bien Minsk et son architecture soviétique mais à la fois la ville me parait moderne. Il faudrait voir les différents monuments – le vieux centre, la Bibliothèque Nationale, ensuite les musées…

paysage Minsk par Loic

– Tu as été à la Bibliothèque Nationale sur le terrain panoramique ?

– Oui, j’ai été sur le toit, j’ai été au Musée de la guerre. J’ai fait des banyas, une espèce de sauna, c’est sympa de le faire. Pour un Parisien qui vient ici, ce qui peut être tout de suite agréable ce sont des parcs, parce que c’est beaucoup plus grand qu’à Paris, très soigné. On a loué des vélos avec des amis, on a pu profiter des parcs. Je sais qu’on peut faire du pédalo, une espèce de barque, aussi. Ici les espaces verts sont bien entretenus et très calmes, très beaux aussi. A part cela, il faut bouger un peu dans le Bélarus si on a l’occasion car c’est joli même au-delà de Minsk.

– Qu’est-ce qu’il faut éviter ou de quoi s’abstenir ?

– Difficile à dire.

– Surtout si on est seul, sans contacts ni amis, sans parler russe..

– Oui pour faire un contact il faut faire un effort, cela ne vient pas seul. Ce n’est pas la culture où tu te rends dans un bar et quelqu’un vient te parler comme si c’était ton copain.

– Et au magasin on ne dit pas Bonjour à tout le monde qui entre.

-Oui. Tu sais, moi, cela doit être très français, suis la seule personne qui dit bonjour et au revoir quand j’entre et je sors de l’ascenseur. C’est rare qu’on me répond. Je dis « Poka » et il n’y a rien en retour.

Il faut s’accrocher pour entrer en contact avec les Biélorusses.

– Et comment tu trouves la qualité de vie en général ?

-La qualité de vie ici est supérieure qu’à Paris. Je sais que parfois cela étonne des gens ici mais lorsqu’on fait la comparaison, Minsk c’est très calme, c’est pas du tout agressif, c’est pas hostile, en terme de pollution c’est déjà plus respirable qu’à Paris, et en terme du nombre d’espaces verts aussi. Le traffic d’automobiles ici est moins dense. Les gens dans le métro et les bus se bousculent pas.

– Même aux heures de pointe ?

-Disons, pour un Parisien le métro de Minsk, même aux heures de pointe, est agréable.

– Le métro est plus spacieux qu’à Paris.

-Oui. Ici on dit qu’il y a des problèmes mais moi j’ai jamais vu un problème au métro alors qu’à Paris tu peux être sûr, tous les jours il y a un problème. Evidemment, à Paris il y a beaucoup plus de lignes et plus de traffic. Ici les transports en commun sont plus accessibles. C’est une ville plus petite, une ville qu’on appelle à taille humaine, c’est-à-dire accessible, les choses ne sont pas très loin les unes des autres. Ensuite même en terme de sécurité. J’ai des amis français qui quand ils sont ici sont très étonnés de voir le soir, la nuit tombée, les filles se promener seules. A Paris, oublie ça. Cela c’est une qualité de vie importante. Et ensuite comme j’ai dit, c’est l’absence de stress, ce côté plus reposant, cela te change d’avis. Et tout fonctionne ici. Sans doute ici il y a moins de choses qu’à Paris mais finalement tu te rends compte que tu n’as pas besoin d’avoir quarante mille bars et restaurants. Ici il y a quelques-uns mais finalement il y a de tout. Moi à Minsk j’ai jamais eu le manque de quelque chose.

– La nourriture française te manque peut être.

– En effet, c’est peut être le point faible. Il n’y a pas beaucoup de restaurants variés même si j’ai vu des restos japonais, chinois, géorgiens, turcs, mais cela a l’air d’être plus difficile de trouver des choses vraiment différentes. Peut être j’ai pas cherché non plus. Mais il n’y a pas de cuisine latino-américaine, cuisine orientale ou maghrébine. Au moins à Paris cela se trouve plus facilement car il doit en avoir beaucoup plus. Mais ce n’est pas non plus quelque chose de primordial.

– Tu cuisines toi-même ou tu vas dans les restos tous les soirs ?

– Non, avec le salaire biélorusse j’ai pas les moyens d’aller dans des restos tous les soirs. Même avec un salaire français tu n’a pas les moyens d’aller au resto tous les soirs à Paris. J’aime bien le Komarovsky rynok ici car vous avez la variété de produits, c’est un grand marché, beaucoup plus grand que j’ai pu voir à Paris, qui est complet, on trouve de tout.

– C’est vrai, il y a les produits de fermiers locaux, c’est frais, naturel et moins cher.

– Moi j’achète des produits et je cuisine directement chez moi. J’ai l’habitude de cuisiner à la façon méditerranéenne, j’achète de l’huile d’olive.

– Merci pour les réponses, et on sera ravi de te voir revenir !

Traetskaye Pradmescie par Loic

Photos: archive personnelle de Loïc Ramirez

Interviewer: Julie Novik

P.S. Si vous voulez aussi participer à ce projet et répondre à des questions pareilles, n’hésitez pas de m’en informer en commentant ce post, le commentaire ne sera pas publié ! Bonne lecture 🙂

Publicités

7 commentaires Ajoutez le vôtre

  1. yanik dit :

    bonjour, je suis allé 8 fois à minsk ,je ne connais pas ce français mais il a repondu parfaitement a vos questions ..tout est exact !

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s