Le Bélarus entre au Top 10 mondial d’octobre d’art de la rue

Avec l’oeuvre créée par l’artiste INO le Bélarus s’est retrouvé à la 6ième position du Top 10 mondial des oeuvres d’art de la rue les plus populaires en octobre 2015. INO a été récemment invité par le Ministère de la Culture du Bélarus pour créer une peinture murale dans le cadre du projet « Urban Myths » (Mythes urbains) à Minsk. Durant trois jours l’artiste grec a travaillé sur cette peinture intitulée « Man With No Name ».

mural Man With No Name by Ino in Minsk

Photo et source d’info en anglais: http://www.streetartnews.net/

L’idée de ce projet: des artistes étrangers arrivent à Minsk sans avoir fait d’esquisses, ils se promènent dans la ville durant trois jours, découvrent les curiosités, rencontrent des locaux – alors s’imprègnent de l’atmosphère de la capitale et créent leurs peintures originales. Ce projet d’art de la rue biélorusse vu par des artistes étrangers est un nouveau format, lisez plus en anglais ici: http://en.ctv.by/en/1444078501-urban-myths-minsks-new-street-art-project.

Les « mythes urbains » vont orner les murs de sept immeubles à Minsk. Le projet a commencé en octobre.

– Une fois arrivé, INO s’est mis à s’intéresser tout de suite à notre histoire, il demandait on dirait à chacun: « Ce qu’est le Bélarus pour vous ? » car il n’a jamais été dans cette partie du monde, raconte Oleg Larytchev, organisateur du projet, coordinateur de la communauté d’art de la rue biélorusse SIGNAL. J’ai montré son esquisse aux gens. Ils ont dit que l’esprit de Minsk était bien présent sur le dessin. Cette oeuvre est consacrée au problème d’identité nationale et à ceux qui ont péri en défendant le pays. INO a été impressionné par le fait que la plupart des guerres du XX siècle, ont passé via le territoire du Bélarus, et chaque nouveau envahisseur se nommait libérateur mais en effet ne sémait que la mort et la destruction.

Oleg évoque le principal problème des festivals d’art de la rue – les artistes étrangers ont du mal à créer une oeuvre qui serait compréhensible et proche aux habitants locaux. D’où l’idée du projet international Urban Myths: les artistes commencent par prendre connaissance de la ville grâce à ses habitants, et ensuite s’inspirent de leurs histoires pour créer des oeuvres de street art.

A part INO, au projet prennent part Guido van Helten, (Grande-Bretagne-Australie) connu pour ses oeuvres photoréalistes et monumentales, Deih (Espagne), Millo (Italie), Vitae Viazi (Russie),  Kislow (Ukraine), Mutus (Minsk), Mitya Pisliak (Minsk) et autres artistes. 

Le personnage géant créé déjà par l’artiste Millo a atterri à Minsk pour inviter les habitants des immeubles-boîtes à sortir dans les rues et communiquer (l’histoire « Everywhere I Go »).

personnage créé par Millo à Minsk art de rue

Toutes les oeuvres vont se trouver dans l’arrondissement Oktyabrsky de Minsk, là où sont situées la gare et l’aéroport Minsk-1. L’oeuvre par INO est à voir dans la rue Voronyanskogo, 13, bâtiment L’oeuvre par Millo – rue Brilevskaya 24 (la station du métro la plus proche – Institut Kultury).

L’oeuvre par Kislow (Ukraine) dans la rue Aerodromnaya 17 est consacrée à la légende sur le fleuve souterrain Nemiga et les habitants mystérieux de ses rivages.

oeuvre de rue par Kislow artiste d'Ukraine, à Minsk projet urbanmyths

oeuvre par Kislow art de la rue   Kislow oeuvre projet urbanmyths minsk

L’oeuvre crée par l’artiste de rue biélorusse Mutus, la rue Aerodromnaya 4, a touché les habitants locaux qui voient passer toute une époque de l’existance du premier aéroport de Minsk:

Mutus oeuvre d'art urbanmyths

L’artiste britanno-australien Guido Van Helten promet d’évoquer dans son future oeuvre la question nationale, il a déjà commencé à étudier les photos d’archives du Bélarus. Son travail est soutenu par l’Ambassade de la Grande-Bretagne à Minsk.

L’artiste Mitya Pisliak est l’auteur d’une grande oeuvre murale dans la rue Karl Marx 25 – c’est une interprétation de l’oevre d’art du peintre biélorusse Ivan Khrutski « Portrait d’une inconnue avec des fleurs et des fruits » que Mitya a recréée avec des marqueurs spéciaux pour l’art de la rue.

Міця Пісьляк і яго работа
Le projet va continuer après l’hiver avec la participation des artistes de la Pologne, de l’Espagne, du Portugal et d’autres pays.

Sources de l’info: Minsknews.by, page facebook SIGNAL magazine, svaboda.org.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s