Minsk sous forme de maisonnettes en bois: souvenirs originaux

Ces cadeaux originaux ont été proposés à la disposition des Minskois et des visiteurs de la capitale biélorusses en 2014. Actuellement il n’y a pas d’information si on peut les trouver encore, mais quand même il serait intéressant de lire l’interview avec leurs créateurs, les architectes Tamara Matyl et son fils Alexandr Shugalo (Citydog.by) où ils parlent de l’architecture de Minsk ancienne et moderne.

souvenirs en bois maisonnettes de Minsk bélarus
Le procédé choisi est bien architectural: des maisonnettes avec lesquelles vous pouvez constituer votre Minsk. Miniatures, en bois et céramique, elles forment des rues, quartiers et ensembles entiers le long de la Svislatch: Zybitskaya, Alieksandrovskaya (Bogdanovicha actuellement), Starovilenskaya, Troitskaya (qui n’existe plus). Ces maisonnettes peuvent être offertes aux enfants comme un constructeur historique, raconte Tamara, et aux adultes en tans que souvenirs. L’idée principale est de pouvoir imaginer Minsk de la fin du  XIX – début du XX siècle, comprendre et sentir l’atmosphère, les dimensions, l’image. Minsk n’est pas née après 1945. Aux maisonnettes sont jointes des cartes postales avec des plans de ces rues habitées par les personnages citadins de l’époque. 

Minsk ancienne

C’est le passage entre XIX et  XX siècles qui est choisi comme l’époque historique car les créateurs aiment cette image de Minsk qu’on peut encore « lire » dans les photos, les ressources littéraires et les noms des anciennes rues… Cette image devient de moins en moins visible dans le temps, la silhouette s’estompe.

souvenirs Minsk maisonnettes en bois et céramique

– En travaillant sur le projet vous avez étudié des ressources littéraires, d’archives, photographiques. Décrivez comment vous apparaît Minsk de l’époque.

– Au début du XX siècle Minsk de régence de la province a été bien une ville européenne. Constructions en pierre,  maisons de rapport, trois ligne de tramway à chevaux. Prenons l’hôtel Europe: cinq étages, restaurant première classe,  salon de coiffure pour les hommes et les femmes, salle de lecture. Dans chaque chambre on trouvait: téléphone, lavabo, éclairage électrique, chauffage à l’eau, baignoire. L’ascenseur a été installé. Ou bien prenons la rue Zakharjevskaya, l’artère principale – elle brillait de feux des restaurants chers, une dizaine d’hôtels s’y trouvait: « Paris », « Novo-Berlin », « Kronstadt »,  « Libava », « Viktoria », « Vienne »,  « Royal », « Suisse ». Les soirs des carrosses amenaient le public en habit de fête au théâtre municipal en passant devant le palais du compte Chapsky (actuellement l’Administration du Président se trouve sur cette place)…

En août 1944 une commission a été organisée pour résoudre les questions de la restauration de la capitale biélorusse. Des académiciens en architecture de Moscou et Leningrad en faisaient partie.  Ils ont remarqué que, malgré les dégâts, Minsk pourrait être comparée à Vilnius et Lviv selon l’héritage architectural et les monuments sauvegardés. Mais Minsk a perdu son ancienne image, il a fallu construire une nouvelle ville spacieuse et grande. Tous les travailleurs de la capitale de la république soviétique devaient vivre dans de jolies maisons et des appartements clairs et spacieux. C’était une nouvelle conception pour la construction municipale.

Et actuellement la construction des immmeubles dans le centre historique de Minsk se passe de manière chaotique, malheureusement…

Minsk capitale biélorusse

souvenirs maisonnettesи

et alors il n’y a rien de bon dans l’architecture contemporaine de Minsk ?

Mais non, il y a de bons architectes aujourd’hui aussi – Shkolnikov et son Aleksandrov passage que je considère un objet assez digne. Ou Vorobjov, auteur du bâtiment de Belaruskalij qui s’inscrit bien dans le relief, tourné vers le parc Pobedy par son « bec ». Mais pourquoi nous avons pris la période de la fin XIX -début XX siècles ? C’est que c’était une image intègre de la ville crée de la manière correcte du point de vue de la construction, de l’ensemble architectural, des rangées de construction.

Actuellement l’image moderne de Minsk s’enfuit, se dissout. Je vois de nouveaux immeubles bâtis de manière occassionnelle, sans compléter le contexte historique de la ville et même cela nous fait perdre ce qu’on a.

Et selon vous, est-ce que Minsk d’aujourd’hui a la chance d’avoir une image unie ?  

Regardez la présentation des projets qu’on voit sur les passeports des objets dans des terrains de construction, joint Aleksandr la conversation. L’objet est souvent dessiné dans un champ blanc, sans tenir compte du relief, de la construction historique déjà formée. Les objets apparaissent en prétendant d’être autosuffisants, en ignorant le contexte urbain qui existe autour. Ces bâtiments sont les monuments aux ambitions de leurs auteurs. 

– Aleksandr, comme architecte pratiquant qu’est-ce que vous faites personnellement pour améliorer l’image de Minsk ?

Actuellement je m’occupe de la reconstruction des anciens locaux d’habitation pour des magasins ou bureaux. Quand un appartement s’achète au rez-de-chaussée au centre-ville dans l’avenue Nezavsimosti ou les rues Kozlova, Frunze, Kiseliova etc., la question d’organiser une entrée de la part de la rue s’impose. D’habitude l’aspect de cette entrée est égale pour les clients. Ils aspirent à avoir un local et le faire louer. Mais moi, j’essaie de faire ce groupe d’entrée dans le contexte de l’image du bâtiment déjà formée et de sa valeur historique. 

Minsk ancienne architecture et souvenirs

– La manière dont vous décrivez votre projet « de poupée » ne laisse pas de doute: Minsk ancienne est une ville réelle pour vous, vous allez alors pouvoir la présenter à ceux qui s’intéressent à l’histoire de la ville et à son image architecturale. 

– C’était l’architecture à l’échelle de l’homme, continue Tamara. Entouré de ces maisons, avec cette hauteur, ce volume, ces détails architecturement travaillés, l’homme se sentait en confort. En harmonie. L’architecture en général ce sont les émotions. L’architecte peut donner le ton agressif ou ému en projetant un bâtiment. L’architecture n’est pas un bâtiment, c’est un espace, un milieu qui rend l’homme satisfait, heureux, harmonique ou, au contraire, provoque l’apparition des instincts de la déstruction, du disconfort, de l’agression. 

La vie architecturale de la ville est comme la vie humaine. Il y a des périodes où l’homme vit harmoniquement, et d’autres où il est en état de recherche; des périodes aussi où il barre son passé et commence quelque chose de nouveau. A la limite des XIX et XX siècles Minsk a bien envoyé un message joyeux et positif. 

carte postale minsk

Photos: CityDog.by

P.S. Découvrez aussi un autre article sur le blog qui parle de l’achitecture de Minsk vue par l’architecte français Fabien Bellat.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s