« Le Canada d’Europe ! » – Le Bélarus vu par des journalistes et bloggeurs étrangers

Selon les données de l’Organisation mondiale du Tourisme le Bélarus  est un des pays les moins visités par les étrangers en Europe. Il est d’autant plus curieux de voir comment les étrangers parlent du Bélarus dans leurs blogs vidéo et shows de voyage. Voici un récapitulatif de ces matériaux par TUT.BY (voir la version anglaise sur belarusfeed.com).

bélarus vu par les étrangers
Photo: youtube.com

En 2009 le présentateur de l’émission culte Top Gear Richard Hammond a prononcé plusieurs foisle mot « Minsk » devant la caméra. Il s’agissait de son voyage à Vietnam en moto rose produite au Bélarus. Une année plus tard pendant la téléréalité populaire américaine «Who Do You Think You Are?» la star de la série « Friends » Lisa Kudrow a retrouvé ses origines biélorusses. La chaîne National Geographic a divulgué le film sur la société Wargaming, et Animal Planet a diffusé l’émission « La forêt de Białowieża, à l’état naturel ». La plupart des autres mentions du Bélarus dans des émissions télé aux Etats-Unis et en Europe ont été reliées à la politique, à Chernobyl et à Lee Harvey Oswald.

[…]

«15 républiques»

En 2014 dans le cadre du projet « 15 républiques » le Bélarus a acceuilli le groupe de tournage de la chaîne TV ukrainienne  «1+1». Sur YouTube la vidéo a eu plus de 109 000 vus. Les journalistes ont visité Jlobine, Mahiliow,  Salihorsk, Minsk, Zaslawie et des villages biélorusses afin d’étudier le changement du Bélarus après la chute de l’URSS.

Le présentateur a été étonné de devoir cacher la caméra photo à la gare ferroviaire de Mahiliow car c’était un objet militaire, et du système de péage. A vrai dire, le chauffeur du groupe a acheté tard l’appareil BeToll et lors du retour l’inspection routière leur a fait une amende de 200 euros. Dans la même émission ils sont partis pour Vilnius et comparé les deux pays.

 Tandis que les populaires bloggeurs YouTube russes reviennent à Minsk pour faire de nouvelles vidéos, 2016 est devenue l’année de la découverte du Bélarus pour les rédacteurs des émissions télé d’agrément. En printemps à Minsk a été réalisé le tournage du programme « Oriol i Reshka. Shopping« . Le présentateur britannique de la chaîne HTB John Warren est aussi revenu au Bélarus. Après le tournage de la deuxième émission « Pojedem Pojedim » sur le pays  il a avoué à TUT.BY que le Bélarus devrait changer d’image.
En octobre la chaîne CTC a présenté la 17ième série de la réalité russe Russo Touristo consacrée au Bélarus où les présentateurs Leonid et Ekaterina Morgunov se sont familiarisés avec le nouvel argent biélorusse, appris à préparer vereshchaka et visité de nombreux musées. « Minsk est une ville chique. Là on peut toujours goûter le fromage à pâte fondue, des chips de pommes de terre et le jus de bouleau. Minsk est une des villes auxquelles on s’attache. On veut y revenir », résument les auteurs.

« Je voyage autour du monde » et « Le miroir »

L’année passée le Bélarus a été visité par deux groupes de tournage des téléréalités populaires turques.  En été pour Kanal 7 a été tournée l’émission « Je  voyage autour du monde » avec la présentatrice Özlem Tunca. Un mois plus tard le présentateur populaire turc Saim Orhan a filmé un reportage sur le Bélarus pour son projet « Le miroir ».

Il y a eu deux séries de « Je voyage autour du monde », une a eu plus de 150 000 vus sur YouTube. Özlem Tunca est venue au Bélarus avec un petit enfant qu’on a vu goûter le miel biélorusse à Dudutki et la groseille rouge au marché Komarovsky.  Dans deux épisodes de 40 minutes on a montré les châteaux de Niasvij et Mir, un mariage authentique, la construction de la Mosquée-Cathédrale et de l’ensemble d’habitation « Majak Minsk » et a écouté la musique classique près de l’hôtel de ville.

 Saim Orhan s’est intéressé aux autres curiosités biélorusses. Dans l’émission « Le miroir » il s’est rendu à la Ligne Stalineil a tiré avec des armes différentes,  visité le musée des costumes bi élorusses et parlé avec des enfants qui étudient le turc à Minsk.

«Bélarus — c’est comment là-bas en effet ?»

La vidéo tournée par le Polonais Michał Sikorski en septembre 2015 a eu plus de 473 000 vus. Le bloggeur a décidé de prendre connaissance du Bélarus de près, s’y rendu en voiture et a visité quelques villes. Il a commencé son voyage à Hrodna. Pendant tout le chemin Michał a fait l’éloge des routes biélorusses, et le premier point du voyage lui a donné l’impression d’un endroit limpide voire stéril, avec une architecture similaire à celle de Pologne.

A Navahroudak il a visité la Maison-musée Adam Mickiewicz et essayé de résoudre la question éternelle sur la nationalité du poète. La directrice du musée lui a persuadé que Mickiewicz se considérait comme un habitant de Navahroudak.

Près de Babrouïsk Michał a visité le village Velichkovo où se trouvait autrefois la maison de ses ancêtres, aristocrates polonais. Ayant communiqué avec des locaux, il a conclu que de nombreux Biélorusses viennent des Polonais, mais vice versa aussi, et a proposé aux visiteurs de son blog de chercher ses origines biélorusses.

Minsk a paru au bloggeur une mégapole où les gens s’habillent bien, il y a pas mal de bonnes automobiles et produits étrangers aux magasins. Les prix sont les mêmes ou un peu plus hauts qu’en Pologne. En général le Bélarus lui a paru un pays où on peut vivre. Là, selon lui, il s’est senti en liberté et sécurité car il y a beaucoup de police dans la ville. En conclusion il dit que les Biélorusses se sont habitués à vivre dans un monde des ordres et interdictions, et cité comme exemple des enseignes d’interdiction sur les portes des restaurants et cafés.

 

«Geography Now! Belarus»

Sur la chaîne YouTube Geography Now! le présentateur Paul présente des pays du monde. En 10 minutes il donne l’information principale sur les pays en se basant sur des statistiques, des données de médias et des contacts locaux.

La vidéo sur le Bélarus commence avec la phrase « C’est un pays où on dit en russe: Ne m’appelez pas Russe ».

En parlant du pays, Paul prononce le mot « rushnik » et joue avec le nom de la ville Brest (breast en anglais). Il parle du tourisme: Les douaniers ont le droit d’interdire l’entrée à toute personne qu’ils considèrent non appropriée. Si vous ne venez pas de l’Europe orientale, il vous serait compliqué de visiter ce pays. Et c’est une des raisons pourquoi le Bélarus est un des pays d’Europe le moins visité par des étrangers. Si vous ne parlez pas russe ou biélorusse ou si vous n’avez pas d’ami biélorusse, le voyage peut vous coûter cher ou être problématique, et ceci sans visa. Pourtant les Biélorusses aiment des invités, juste ils se méfient de vous.

Ensuite le présentateur parle de l’urbanisation de la fin des années 1990 reliée au désastre de Chernobyl, à la ressource naturelle la plus répandue – la tourbe, de l’hockey et fait l’éloge de la forêt de Białowieża où vous vous rencontrer un bison.

La température moyenne en été est près de 18 degrés alors vous n’y verrez pas de bikinis. Le peuple biélorusse voici ce qui distingue vraiment ce pays mystérieux, dit Paul et s’étonne qu’avec 80% de gens qui se considèrent comme Biélorusses, seuls 20% parlent en biélorusse.

La vidéo a été vivement commentée par des étrangers, et le commentaire le plus populaire a été: « Bison d’Europe, hockey, forêts nombreuses, un alié puissant et l’envie d’avoir des différences culturelles… Le Bélarus serait le Canada d’Europe ?« 

« Minsk: de curiosités étonnantes »

Le Norvégien Harald Baldr a visité le Bélarus en automne de l’année passée. La vidéo sur le Bélarus est devenue la plus populaire sur sa chaîne et a eu plus de 88 000 vus.

A Minsk Harald est venu en train de Homiel avec un ami. Il semble, pendant ce voyage dans un compartiment avec des compagnons de route ils ont senti complètement l’hospitalité biélorusse. La capitale lui a paru pure et pittoresque. Après avoir visité les curoisités le Norvégien s’est rendu dans le club Dozari où, selon lui, il y a plus de « filles chaudes » qu’à Buharest. Le lendemain il a décidé de visiter un évènement qui se tenait près du Palais du sport. Après un examen passé il a décrit ses sensations: « Au Bélarus totalitaire tu seras toujours suivi et contrôlé ». 

Lors des promenades dans la capitale biélorusse le Norvégien conclut que les jeunes mamans les plus  joliment habillées habitent à Minsk et illustre ses paroles par des photos.

Le soir suivant Harald a revisité les clubs de Minsk où il a apprécié de nouveau l’amabilité des filles biélorusses: Aucune fille à Minsk n’a fait mine mécontente quand je lui ai parlé. Ensuite il s’est retrouvé dans la milice avec son ami pour avoir bu de l’alcool dans des lieux publics.  Il semble c’est le seul moment négatif de sa visite. Dans son blog Harald dit qu’il est impossible de garder l’anonymat de son séjour au Bélarus: on vous examine partout, on vous filme avec des caméras et on vous interroge sur vos intentions.

Il nomme le service biélorusse celui « d’enfer » et cite comme exemple l’achat des billets de chemin de fer et le service dans un des cafés de Minsk après lequel il a décidé d’aller plutôt aux points de restauration avec le self-service. « Tous les Biélorusses que j’ai rencontrés sans exception ont été plus ou moins super, mais la plupart des garçons, vendeurs et bureaucrates d’etat sont des idiots complets. Ils font exprès de te faire chier même si la seule chose que tu fais c’est acheter un billet de train.  Mon compagnon qui parle bien russe, a rencontré une telle femme à la station de chemin de fer. Après la demande d’acheter trois billets accompagnée du mot « s’il vous plaît », elle a fait des yeux tout blancs, soupiré et détourné le regard ». 

Les impressions les plus positives viennent pour ce voyageur du Musée de la Grande guerre nationale et des femmes biélorusses: « Elles donnent toutes l’impression d’être bien aisées. Comment elles se le permettent est un grand mystère. Avec le salaire moyen de 300-400 dollars par mois les filles devraient dépenser une très grande partie pour avoir l’air si bien. J’ai attendu que les femmes biélorusses seraient froides et peu sociables. C’est 110% faux. Toutes les filles avec lesquelles j’ai parlé ont souri et avaient l’envie de communiquer, même mariées ». 

Publicités

Un commentaire Ajoutez le vôtre

  1. Louyot Michel dit :

    Tous ces récits de voyages au Belarus sont passionnants. A l’heure où de nombreux pays sont tentés par le repli sur soi , le Belarus se présente comme un trait d’union nécessaire entre l’ouest et l’est de notre continent.

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s